Paris, capitale de l'amour ? Peut-être, mais quand il faut poser les caméras pour filmer la passion amoureuse, c'est souvent au bord de la mer que les réalisateurs se donnent rendez-vous. De Cherbourg à Saint-Tropez, de Jacques Demy à Jean-Jacques Beineix, retour sur 5 endroits où les gens s'aiment au cinéma.

Deauville – "Un homme et une femme" de Claude Lelouch, 1966

Sur une musique inoubliable de Francis Lai, un homme quitte la jetée de la cité balnéaire, se met à courir, entre dans sa voiture et fonce sur la plage, dépasse les célèbres "planches de Deauville", s'arrête, court à nouveau et se jette dans les bras de la femme qu'il aime. En 1966, le film de Claude Lelouch avec Anouk Aimée et Jean-Louis Trintignant rafle l'oscar du meilleur film étranger et la Palme d'or à Cannes. La plage de Deauville, elle, entre dans l'histoire du cinéma.

Gruissan – "37°2 le matin" de Jean-Jacques Beineix, 1986

Un amour sensuel, passionné, fusionnel et destructeur : quand Jean-Hugues Anglade (Zorg) et Béatrice Dalle (Betty) se rencontrent, devant la caméra de Jean-Jacques Beineix, c'est pour le meilleur, mais surtout pour le pire. La plage de Gruissan, dans l'Aude, inondée de lumière, contribue à l'atmosphère torride du film. 30 ans après sa diffusion, les chalets sur pilotis attirent toujours les curieux, les amoureux et les passionnés de cinéma.

Cherbourg – "Les parapluies de Cherbourg" de Jacques Demy, 1964

Sous l'oeil de Jacques Demy, Cherbourg prend les couleurs du peintre américain Edward Hopper (1882-1967). "Les parapluies de Cherbourg", film intégralement chanté, raconte les amours de Geneviève Emery et Guy Foucher, interprétés respectivement par Catherine Deneuve, dont c'est le premier grand rôle, et l'acteur italien Nino Castelnuovo. Sa combinaison subtile entre la féerie et le réalisme lui vaudra la Palme d'or à Cannes en 1964.

Toulon – "Pierrot le fou" de Jean-Luc Godard, 1965

Ferdinand (Jean-Paul Belmondo) et Marianne (Anna Karina) s'aiment follement. Ils traversent la France depuis Paris jusqu'à la Méditerranée, au cours d'un road-movie rempli de poésie et d'anarchisme. Arrivés à Toulon, ils entament une brève carrière dans le grand banditisme, avant un final explosif sur une petite île de la rade. S'il a été peu récompensé à sa sortie, le film a inspiré des générations de cinéastes... et d'amoureux !

Saint-Tropez – "Et Dieu... créa la femme" de Roger Vadim, 1956

C'est le film qui a révélé au monde l'existence de Brigitte Bardot et des plages de Saint-Tropez. Le village, qui n'était connu que des artistes et jazzmen de l'avant-garde, devient, presque du jour au lendemain, le repaire des vedettes du monde entier. Dans le film, Juliette, incarnée par B.B., fait chavirer le coeur de ses trois prétendants. Dans la réalité, beaucoup plus de trois coeurs ont été touchés... La jeune actrice devient l'incarnation de la sensualité à travers toute la planète pour les 10 années à venir.

La plage de Gruissan, immortalisée par le film 37°2 le matin
La plage de Gruissan, immortalisée par le film 37°2 le matin