La playlist "Renaissance" pour visiter les châteaux de la Loire

De ses guerres en Italie au début du XVIe siècle, François Ier ne ramène pas que des conquêtes : il importe en France la manière de faire raffinée des Italiens, qui s'exprime dans la peinture, l'architecture, mais aussi la musique. A l'occasion d'une visite des châteaux de la Loire, nous vous proposons de parcourir les oeuvres des Beatles et des Rolling Stones de l'époque.

Tracklist complète

La visite musicale des châteaux de la Loire débute à Angers, au château des ducs d'Anjou, construit au XIIIe siècle et transformé au XVe, menacé de destruction pendant les guerres de religions, avant d'être finalement sauvé au XVIIe siècle. A l'intérieur de ses murs se trouve un trésor inestimable, la Tenture de l'Apocalypse, l'ensemble de tapisseries médiévales le plus important au monde, réalisé à la fin du XIVe siècle, période pendant laquelle le compositeur anglais John Dunstable faisait entrer la musique dans la modernité (John Dunstable, "Quam pulcra es", 1390-1453).

C'est à Amboise que François Ier contribuera à importer la Renaissance italienne, en invitant notamment Léonard de Vinci, qui terminera ses jours dans le château et sera enterré dans la chapelle Saint-Hubert. La transformation de l'ancien château fort en résidence royale a été entamée par Charles VIII à la fin du XVe siècle, une époque marquée par l'émergence, dans la musique, de l'école franco-flamande (Jacob Obrecht, "Beata es, Maria", 1457-1505).

Situé à l'intérieur de la ville, contrairement aux autres châteaux de la Loire, le château de Blois sert d'initiation à l'architecture de la région, car il comporte des éléments de toutes les époques. C'est sous le règne de Louis XII que l'édifice entame sa mue dans le style de la Renaissance. La musique de cette période est marquée par l'oeuvre de Josquin des Prés, l'un des compositeurs les plus influents d'Europe (Josquin des Prés, "Mille regrets", 1450-1521).

Cap sur Chambord, à quelques kilomètres de Blois. Véritable colosse de pierre, c'est le plus grand des châteaux de la Loire. Acquis par Louis XII, c'est son successeur, François Ier, qui entreprendra sa rénovation pour en faire un édifice moderne. Ce dernier contribuera à importer la Renaissance italienne en France, y compris par la musique, comme en témoignent les nombreux compositeurs de son temps (Claudin de Sermisy, "Languir me fais", 1495-1562).

"La France est à l'apogée de sa puissance, y compris dans le domaine musical, avec des compositeurs comme Lully".

Sully-sur-Loire abrite un château fort du milieu du Moyen Âge, entouré de douves, transformé en un magnifique édifice de la Renaissance par Sully, l'un des principaux conseillers du roi Henri IV. A cette époque, la France et le roi, marqués par les guerres de religion, aspirent à plus de paix. Le compositeur principal du royaume, Claude Le Jeune, contribue à forger l'identité musicale française (Claude Le Jeune, "Reveci venir du printemps", 1530-1600).

Construit sur une île au milieu de l'Indre, Azay-le-Rideau se reflète dans l'eau, ce qui permet de mieux observer la finesse de son architecture inspirée par la Renaissance italienne, sous le règne de François Ier. Louis XIII, roi mélomane et musicien, passe quelques jours dans ce château en 1619 (François de Chancy, "Cher ami, tes amoureux discours", 1600-1656).

Connu des enfants de 7 à 77 ans pour avoir servi d'inspiration au château de Moulinsart dans les aventures de Tintin, Cheverny est avant tout un grand domaine de chasse. Son chenil et sa salle des trophées témoignent de plusieurs siècles de vénerie. Le château actuel a été terminé sous le règne de Louis XIV, alors que la France est à l'apogée de sa puissance, y compris dans le domaine musical, avec des compositeurs comme Lully, l'un des plus brillants de sa génération (Jean-Baptiste Lully, "Marche pour la cérémonie des Turcs", 1632-1687).

Erigé au XVe siècle, le château de Beauregard, à une dizaine de kilomètres de Blois, ne fut véritablement embelli qu'au XVIe siècle, par Jean du Thier, un secrétaire d'Etat, ami des arts et protecteurs des artistes. Après plusieurs générations de propriétaires, le domaine fut élevé au rang de vicomté par Louis XIV. A cette même époque, le compositeur François Couperin révolutionne l'art du clavecin et annonce les grandes sonates de Mozart ou Beethoven (François Couperin, "Les Barricades mystérieuses", 1668-1733)

Chenonceau est célèbre pour être le "château des femmes", habité par Katherine Briçonnet (morte en 1526), Diane de Poitiers (1499-1566), Catherine de Médicis (1519-1589), Louise de Lorraine (1553-1601) et Louise Dupin (1706-1799). Cette dernière y tient un salon dans lequel on joue régulièrement de la musique, si l'on en croit le journal de Jean-Jacques Rousseau, compositeur lui-même (Jean-Jacques Rousseau, "Le Devin du village", 1712-1778).

Le parcours musical s'achève entre Tours et Saumur, au château d'Ussé qui aurait inspiré Charles Perrault pour sa description dans la "Belle au Bois Dormant", une histoire racontée tout au long de la visite. Le célèbre écrivain est reçu plusieurs fois dans ce château à l'allure de conte de fée à la fin du XVIIe siècle. Parmi les autres invités prestigieux du château : Voltaire et Chateaubriand (Tchaïkovski, "La Belle au Bois Dormant", 1840-1893).

tracklist-hook
Tracklist complète
article_playlist
1
John Dunstable, "Quam pulcra es", 1390-1453
article_playlist
2
Josquin des Prés, "Mille regrets", 1450-1521
article_playlist
3
Jacob Obrecht, "Beata es, Maria", 1457-1505
article_playlist
4
Claudin de Sermisy, "Languir me fais", 1495-1562
article_playlist
5
Claude Le Jeune, "Reveci venir du printemps", 1530-1600
article_playlist
6
François de Chancy, "Cher ami, tes amoureux discours", 1600-1656
article_playlist
7
Jean-Baptiste Lully, "Marche pour la cérémonie des Turcs", 1632-1687
article_playlist
8
François Couperin, "Les Barricades mystérieuses", 1668-1733
article_playlist
9
Jean-Jacques Rousseau, "Le Devin du village", 1712-1778
article_playlist
10
Tchaïkovski, "La Belle au Bois Dormant", 1840-1893
article_playlist_image Tracklist complète
S'ABONNER À LA CHAINE
SURle même sujet
La sélection de larédaction