Playlist : balade musicale à Toulouse

"Qu'il est loin mon pays, qu'il est loin. Parfois au fond de moi se raniment l'eau verte du canal du Midi et la brique rouge des Minimes. Ô mon païs, ô Toulouse...". Une seule chanson de Claude Nougaro, et c'est toute la ville rose qui se réveille : son fleuve, la Garonne, sa place emblématique, le Capitole, et l'accent chantant de ses habitants. En bonne compagnie, nous vous proposons un petit tour musical de la cité.

Tracklist complète

A tout seigneur, tout honneur, la balade commence par la place la plus célèbre de Toulouse, celle du Capitole. 12 000 m² d'espace vide, encadré par les enseignes les plus prestigieuses de la cité. La place est dominée par l'imposant Capitole, siège du pouvoir municipal depuis plus de huit siècles et emblème de la ville (Claude Nougaro, "Toulouse", 1967).

A seulement 250 mètres du Capitole, le couvent des Jacobins a été édifié pendant le XIIIe siècle et constitue un exemple particulièrement réussi de l'architecture gothique méridionale. Son église est remarquable pour au moins deux raisons : elle abrite le corps de Saint Thomas d'Aquin depuis 1369, et le "palmier", une colonne unique au monde par sa complexité (Zebda, Toulouse, 1995).

Toujours à moins de 500 mètres du Capitole, la basilique Saint-Sernin est un autre chef-d'oeuvre de l'architecture régionale de la période romane. C'est d'ailleurs l'une des plus grandes églises européennes de cette période. Entamée au XIe siècle, elle est rapidement devenue l'un des principaux sites de pèlerinage du Moyen Âge. La basilique est aujourd'hui classée au Patrimoine mondial de l'UNESCO au titre des chemins de Saint-Jacques-de-Compostelle (Gérald de Palmas, "Sur la route", 1994).

Pour déjeuner ou faire une petite pause, vous pourrez profiter du jardin japonais, conçu en 1981 dans l'esprit des parcs zen asiatiques, juste à côté du canal du Midi. Sur 10 hectares, le jardin présente plusieurs variétés botaniques extrême-orientales et fait la synthèse de l'art du paysagisme tel qu'il se pratiquait à Kyoto entre le XIVe et le XVIe siècle (Zazie, "Zen", 1995).

Cap sur le canal du Midi, qui relie la ville rose à Sète, dans le Languedoc-Roussillon, pour une petite balade digestive. Creusé au XVIIe siècle pour relier l'océan Atlantique et la Méditerranée, en passant par la Garonne, il s'agit de l'un des projets les plus ambitieux de son époque. Rendu obsolète par l'arrivée du chemin de fer, il est aujourd'hui apprécié pour la plaisance et les balades. Qui sait si, depuis ses berges, vous ne verrez pas débarquer l'âme de Georges Brassens, originaire de Sète, à bord de son bateau : "Les Copains d'abord" (1964).

Alors que le soleil se couche sur les briques roses, il est temps de rejoindre la Garonne et ses quais animés où se réunissent les fêtards. La place Saint-Pierre, face au pont du même nom, est un lieu de rendez-vous incontournable où se trouvent de nombreux bars et restaurants. Si vous restez tard, vous entendrez peut-être chanter les "Démons de minuit", du groupe Image, originaire de la cité (1987).

"Voici le Capitole, j'y arrête mes pas" Claude Nougaro

Le lendemain, on traverse le fleuve pour se rendre aux "Abattoirs", le musée d'art moderne et contemporain de la ville. Plus qu'un espace d'exposition, les Abattoirs sont un lieu de création et d'expression. Le site de 4000 m² réunit plusieurs structures : un musée d'art moderne, un centre d'art contemporain et le Fonds régional d'art contemporain de la région (Nick Cave, "Abattoirs Blues", 2004).

Collé aux Abattoirs, le jardin Raymond VI est consacré aux plantes sauvages reconnues pour leurs vertus médicinales (le mélilot, l'hysope, la catananche...). Accessible en toutes saisons, on y trouve aussi des magnolias, des charmes, des tilleuls, des érables... Il dispose d'aires de jeux et de bancs pour observer la Garonne (Nicole Croisille, "La Garonne", 1978).

Toujours sur la rive gauche de la Garonne, mais plus à l'ouest, l'amphithéâtre romain de Purpan est le seul monument antique de la ville conservé dans son intégralité. Construit au Ier siècle, il accueillait des combats de gladiateurs jusqu'au IVe siècle. A proximité, les thermes de la même époque se visitent également (Is Tropical, "Toulouse", 2013).

Une visite de Toulouse ne saurait être complète sans un tour à la Cité de l'Espace, à l'est de la ville. Ce parc à thème raconte la conquête spatiale, l'astronomie et l'astronautique, à travers des animations interactives et des répliques grandeur nature, notamment celle de la fusée Ariane 5, de 53 mètres de haut. L'occasion de quitter la ville par la grande porte ! (David Bowie, Space Oddity, 1969).

tracklist-hook
Tracklist complète
article_playlist
1
Claude Nougaro, "Toulouse", 1967
article_playlist
2
Zebda, Toulouse, 1995
article_playlist
3
Gérald de Palmas, "Sur la route", 1994
article_playlist
4
Zazie, "Zen", 1995
article_playlist
5
Georges Brassens, "Les Copains d'abord", 1964
article_playlist
6
Images, "Les Démons de minuit", 1987
article_playlist
7
Nick Cave, "Abattoirs Blues", 2004
article_playlist
8
Nicole Croisille, "La Garonne", 1978
article_playlist
9
Is Tropical, "Toulouse", 2013
article_playlist
10
David Bowie, Space Oddity, 1969
article_playlist_image Tracklist complète
S'ABONNER À LA CHAINE
SURle même sujet
La sélection de larédaction