Playlist : balade musicale au coeur de Lille

Capitale européenne de la culture en 2004, Lille règne depuis plusieurs centaines d'années sur le Nord de la France. Au coeur d'un bassin industriel très touché à la fin du XXe siècle, la métropole a su se réinventer depuis le début des années 2000 en mettant en avant la richesse de son patrimoine culturel et la chaleur de ses habitants : deux bonnes raisons, parmi d'autres, de s'offrir une petite balade en musique dans la capitale des Flandres !

Tracklist complète

Si l'on arrive à Lille en train, c'est à Euralille que l'on fait ses premiers pas (ou à la gare Lille-Flandres, toute proche). Le quartier exprime le visage jeune et dynamique de cette grande ville commerçante, et rappelle l'architecture moderne qu'on trouve en Belgique et aux Pays-Bas. Parmi les buildings récents, le "flipper", conçu par l'architecte Christian de Portzamparc en 1991, est particulièrement remarquable (Téléphone, "Flipper", 1977).

Depuis Euralille, il ne faudra que quelques pas pour atteindre l'incontournable place du Général de Gaulle, plus communément appelée "Grand' Place". C'est ici que se réunissent les Lillois avant de partir faire la fête ou du shopping dans les nombreuses enseignes du quartier. Pour déguster une bonne bière de la région (la Goudale, par exemple), c'est le lieu idéal (Jacques Brel, "La Bière", 1968).

On profitera encore de la Grand' Place en montant au sommet du beffroi, le monument le plus emblématique (et le plus visible) de la capitale des Flandres. Inauguré en 1932, c'est le plus grand de son genre dans la région. A noter : les beffrois du Nord-Pas-de-Calais et du sud de la Belgique sont inscrits au patrimoine mondial de l'UNESCO. Du haut de ses 101 mètres, la vue est imprenable (Charles Aznavour, "Le Carillonneur", 1961).

Après avoir rendu hommage à la bière lilloise, il est temps de s'intéresser à la culture. Et la ville n'est pas vraiment avare en belles oeuvres, notamment dans son palais des Beaux-Arts, le plus grand de France en dehors de Paris. Vous pourrez y découvrir des chefs-d'oeuvre de la peinture hollandaise (Rubens, Van Dyck, Jordeans...), ainsi que des toiles de Goya, Delacroix, Courbet (Bobby Lapointe, "La peinture à l'huile", 1962)...

Il faudra repasser ensuite par la Grand' Place pour se rendre dans le Vieux-Lille et ses ruelles serrées où s'entassent les galeries d'art et les boutiques d'artisan. Alors qu'il trainait une mauvaise réputation jusque dans les années 1980, le quartier est devenu l'un des plus courus de la ville. La rue Princesse, au nord, abrite la maison natale de Charles de Gaulle, réhabilitée en musée (Léo Ferré, "Mon Général", 1962).

Depuis le Vieux-Lille, il suffira de redescendre un peu au sud pour atteindre le quartier Vauban, où se trouve la majorité des facultés et des écoles de la ville. Après un passage dans le zoo du parc Vauban, vous pourrez découvrir la citadelle conçue par le célèbre architecte militaire de Louis XIV, baptisée par Vauban lui-même (1633-1707), la "reine des citadelles" (Julien Clerc, "La Citadelle", 1974).

Accessible depuis le boulevard Vauban, la rue Solférino est connue de tous les étudiants lillois qui viennent y faire la fête, notamment le jeudi soir. Aux alentours de la rue Masséna, vous n'aurez que l'embarras du choix pour passer la soirée : presque une adresse sur deux est un bar, un pub ou une boite de nuit. Profitez de cette occasion pour découvrir la proverbiale convivialité des gens du Nord (Enrico Macias, "Les Gens du Nord", 1967).

"Les gens du Nord ont dans le coeur le soleil qu'ils n'ont pas dehors". Enrico Macias

Après une nuit agitée, le quartier Wazemmes vous accueille pour une petite balade dans son célèbre marché. On y trouve de tout, dans une ambiance très populaire et chaleureuse. Le quartier est connu pour être l'un des plus authentiques de la ville. Des manifestations artistiques et culturelles sont organisées tout au long de l'année, notamment le festival international de la soupe, le 1er mai, et le festival "Wazemmes l'accordéon" entre mai et juin (Edith Piaf, "L'accordéoniste", 1940).

On quitte ensuite la ville par le nord pour découvrir l'une des cités les plus emblématiques de la révolution industrielle : Roubaix. Fortement touchée par la désindustrialisation, la ville mise aujourd'hui sur son patrimoine culturel, notamment dans la "Piscine", un musée d'art et d'industrie qui prend place dans un ancien bassin Art Déco (Isabelle Adjani, "Pull Marine", 1983).

On termine cette petite balade lilloise en visitant une autre commune adjacente, au sud de la métropole : Villeneuve-d'Ascq, qui accueille le LaM, un musée d'art moderne, brut et contemporain. C'est le seul musée d'Europe à présenter, dans un même espace, des oeuvres des XIXe, XXe et XXIe siècles. On y trouve notamment des peintures de Miro, Modigliani, Braque et Picasso (David Bowie, "Pablo Picasso", 2003).

tracklist-hook
Tracklist complète
article_playlist
1
Téléphone, "Flipper", 1977
article_playlist
2
Jacques Brel, "La Bière", 1968
article_playlist
3
Charles Aznavour, "Le Carillonneur", 1961
article_playlist
4
Bobby Lapointe, "La peinture à l'huile", 1962
article_playlist
5
Léo Ferré, "Mon Général", 1962
article_playlist
6
Julien Clerc, "La Citadelle", 1974
article_playlist
7
Enrico Macias, "Les Gens du Nord", 1967
article_playlist
8
Edith Piaf, "L'accordéoniste", 1940
article_playlist
9
Isabelle Adjani, "Pull Marine", 1983
article_playlist
10
David Bowie, "Pablo Picasso", 2003
article_playlist_image Tracklist complète
S'ABONNER À LA CHAINE
SURle même sujet
La sélection de larédaction